/medias/customer_2/MODERNE_VILLE/SERIE_D/1D45/AC61001_39D42_484_jpg_/0_0.jpg
1 média

Assurances contre l'incendie, autorisation de paiement de primes, acquisition de l'immeuble de la société de photographique dont le président M. ROMET pour l'élargissement de la Ruelle Marquet, acquisition de l'immeuble Sévigude pour l'élargissement de la Rue du 49éme Mobiles, avenant avec la compagnie "La Paternelle". Frais de restauration et d'aménagement des Halle aux Toiles et aux blés en salle de Fête, adjudicataire M. RICHARD, vote de crédit supplémentaire. Demande de réduction et admission en non valeur de diverses concession d'eau, rapport, vote de l'ouverture d'un crédit supplémentaire

3NUM/2485 , 22/02/1916  
/medias/customer_2/Fonds_Prives/1Z/1Z60/3NUM_16506_1Z60_1_1873_jpg_/0_0.jpg
3 médias

Lettre autographe signée de la femme de lettres Louise Colet au comédien Louis Fortuné Adolphe Laferrière (1872-1873).

23Z/77 , 1873  

jeudi soir

Cher Monsieur,

j'ai enfin repris un peu de force et mon départ est fixé au 2 février. Je voudrais bien ne pas partir sans vous dire adieu quoique monsieur George m'ait donné l'espérance que nous nous retrouverons dans le midi.

Je vous en prie envoyer noi le plutôt possible le manuscrit pour que je tente auprès du ministre la démarche dont je vous ai parlé et qui sera toujours un bon jalon posé pour l'avenir tant pour la pièce que pour vous.

Un de mes amis député la remettra au ministre  et aussitôt que le manuscrit m'aura été renvoyé, je le tiendrai à votre disposition et je viendrais bien causer un peu longuement de tout cela avec vous mais la distance qui nous sépare et le froid qui me fait craindre une rechute me retiennent prisonnière.

Comment allez-vous, vous même ?

Êtes vous encore trop souffrant pour partir ? Croyez vous qu'il n'y aurait rien à faire aux théâtre de Nice et de Monaco pour vous, dans la tpurnée que vous compter entreprendre ? Si vous me donner vos instructions, j'interviendrai auprès des directeurs aussitôt que je serai arrivée.

Si monsieur Georges me rapporte le manuscrit que ce soit demain, dimanche, ou lundi au plus tard samedi, j'ai les emballeurs,puis dans l'après-midi mon notaire pour passer un acte.

Je ne vous dis pas adieu mais au revoir et j'espère bien vous serrer la main avant de quitter pour longtemps ce triste 

 

Louise Colet

 

/medias/customer_2/Fonds_Prives/23Z_Delaferriere/23Z5/23Z5_1_jpg_/0_0.jpg
4 médias

Lettre autographe signée de l'écrivain Henry de Kock à l'acteur Adolphe Delaferrière (sd).

23Z/5 , s.d.  

Vendredi matin

Mon bon ami,

Tu ne nous as pas vu hier. Ne nous en veuille pas ; au moment de s'habiller ma pauvre Célina s'est trouvée si malade qu'il lui a fallu se mettre au lit.

Juge de ton chagrin ! Se promettre d'aller applaudir son Laferrière et être forcée de se coucher ! J'ai donné les places d'ailleurs bien vite à deux charmantes dames, nos voisines, heureuses comme des reines et qui avouent ce matin nous dire que tu es charmant. La fille, elle a vingt quatre ans m'a demandé si tu étais marié. Pourquoi cette question ? Dame at'elle répondu, c'est que s'il ne l'était pas, puisque vous le connaissez, je vous demanderez de me présenter à lui. Le père a vingt cinq mille livres de rentes. Mais si tu veux que je te présente cette demoiselle.

L'état de Célina n'est pas grave. La semaine prochaine donc j'espère nous nous rattraperons.

En attendant, reçois nos meilleurs compliments et moqie toi des tous ces méchants de trente ans qui n'ont qu'un désespoir, c'est d'avoir tous l'air d'être ton père.

Ton 

Henry De Kock

 

/medias/customer_2/Fonds_Prives/23Z_Delaferriere/23Z22/23Z22_1_jpg_/0_0.jpg
3 médias

Lettre autographe signée de l'écrivain Edouard Plouvier à l'acteur Adolphe Laferrière [1863].

23Z/22 , 1863  

Mercredi matin

Mon cher Adolphe,

d'après ce que m'avait dit Alexis, je suis allé te voir lundi en compagnie de dames du monde et comme on avait retenu une loge des premières et que ces loges sont précisément au fond de la salle, il est très probable que tu ne m'auras pas vu t'applaudir avec entrain. Je veux donc te dire tout le plaisir que tu m'as fait non seulement au point de vue de l'amitié dans ce rôle d'Armand Duval qui n'a jamais été aussi bien joué à mon avis. C'est vraiment un grand succès que tu as obtenu là et j'en suis ravi pour toi. Jamais tu n'as paru plus élégant, ni plus jeune indépendamment de la science contenu et de l'énergie de ton jeu.

Quoique très occupé, j'ai voulu t'envoyer ces félicitations  sincères accompagnées d'un bon serrement de main.

Edouard

Je tacherai d'aller un de ces matins te complimenter de vive voix.

Paris, le 1863

Edouard Plouvier

Edouard Plouvier

51 rue des Marais Saint Martin

 

 

/img/picture-not-found.svg
1 média

Centre de médecine préventive, programme, implantation et construction. Remerciements pour l'attribution de subvention de Mr VERON, Mr le président de l'Association Nationale d'Études Municipales de la fonction communale, l'un des directeur de la Comédie de l'Ouest, Mr le président de la chambre des métiers de l'Orne, Mr le président du foyer d'couves, Mr le président de l'association National des P.T.T. Anciens Combattants et victimes de Guerres, Mr le président du comité régional d'expansion économique, Mr le président fondateur de la jeunesse musicale de France, Mr le délégué général du comité d'expansion du département de l'Orne, Mme la directrice du lycée de jeunes filles. Subventions soient mandatées dès l'approbation préfectorale du budget communal, demande de Mr CAMUS.

27/03/1968  
/medias/customer_2/Fonds_Prives/Fonds_Hervieu/1Z/1Z146_1/1Z146_19411219_jpg_/0_0.jpg
1 média

Lettre autographe signée Louise HERVIEU (1p.2/3.in-8.) (19 décembre 1941).

25Z/21 , 19 décembre 1941  

Courrier dans lequel Louise Hervieu se définit comme "[...] une femme profondément retirée et n'appartenant plus qu'à ses maux incurables". Elle ajoute "Vous me rendez une période de ma vie que je croyais abolie de toutes les mémoires. Celle où les artistes amis illustres et généreux, voulurent faire pour mes humbles lignes une illustration, comme aucun texte célèbre n'en eu de pareille - en même temps qu'ils abandonnent au profit de l'Orphelinat des Arts, me produit de la vente de ces dessins". Elle évoque avec émotion les gens de cirque et son ouvrage L'Ame du cirque, ses maux, etc.

En-tête imprimé "Association Louise Hervieu"