Toutes les ressources Correspondance 212 résultats (41ms)

Correspondances de Louise Hervieu adressées au docteur Joseph Flandrin (1867-1942) (médecin accoucheur en chef de l'hôpital de Grenoble et frère du peintre Jules Flandrin, collectionneur et bibliophile, client de Louise Hervieu).

1921-1925  

Ensemble de 7 lettres autographes signées de Louise Hervieu, adressée au docteur Joseph Flandrin.

Belle correspondance artistique et personnelle :

A propos d'un dessin de Louise Hervieu, la maman Caubet de Sentein (Ariège), que l'artiste a envoyé à son correspondant en 1921, après mûre réflexion, « un choix qui me tenait au cœur car je crois fermement qu'il y a entre une œuvre et son sujet, plus de rapports secrets qu'on ne le croit généralement [...]

En 1922, elle le remercie d'avoir accepté de lui avoir prêté ce même dessin à l'occasion d'une exposition.

30 octobre 1922, Louise Hervieu évoque « sa prochaine et dernière exposition [chez Bernheim-jeune]. Après quoi, je dois vivre et travailler (si je le peux encore !) à l'écart de toute manifestation car je ne suis plus qu'une fille malade [elle était née avec la syphilis et souffrit toute sa vie] ». Elle évoque également des livres illustrés, Le Spleen de Paris de Baudelaire et une suite de nus en souscription à la Librairie de France.

12 août 1925 : elle adresse au docteur Flandrin, une lettre bouleversante où elle s'associe à sa douleur après la perte de sa fille, etc.

On joint une copie de lettre de Louise Hervieu à M. Rome, évoquant les peintres Flandrin, Valloton et Marval : à propos d'une autre femme peintre, son amie Jacqueline Marval (1866-1932) : « [...] l'exposition de notre chère Marval qui est la plus admirable et la plus charmante qu'on puisse rêver. Il y a surtout les fleurs si éblouissantes qu'on en ferait hommage à la Reine&du Ciel ».

Les panneaux de Marval » sont bien plus beaux dans cette lumière d'exposition que dans l'atelier ! [...] ».

On joint également le catalogue de l'exposition de dessins de Louise Hervieu à la galerie Bernheim-Jeune, en novembre 1922. In-12, 8 pages broché. Ainsi qu'un article de Jean Villebois sur Louise Hervieu avec reproduction d'un dessin.

Lettre autographe signée de Valazé fils au comte de Montalivet, ministre de l'Intérieur (30 mai 1832).

26Z/2 , 30 mai 1832  

en-tête : Travaux de défense de Paris,

Paris, le 30 mai 1832

Monsieur le Comte,

je vous prie de m'accorder un moment d'audience pour vous parler d'un objet relatif à votre département.

Je suis avec Rupert Monsieur le ministre.

Votre très humble et bien obeissant serviteur

Le lieutenant Général directeur Supérieur des travaux de défense de Paris

Valazé

(Fils du Girondin)

M. le Comte Montalivet, Ministre de l'intérieur

/medias/customer_2/Fonds_Prives/1Z/1Z60/3NUM_16528_1Z60_1_Samedi_jpg_/0_0.jpg
3 médias

Lettre autographe signée de la femme de lettres Louise Colet au comédien Louis Fortuné Adolphe Laferrière [1873].

23Z/82 , 1873  

Samedi 

Cher Monsieur et grand artiste,

j'ai en vain attendu monsieur George qui avait bien voulu me promettre de venir me dire si vous dineriez demain chez moi ne recevant aucunenouvelle je pense que c'est partie remise. Voulez-vous que ce soit pour mardi prochain ?

Vous voustrouverez en compagnie de la charmante jeune fille que vous avez vue chez moi et de son frère qui a dû vous porter un livre pour votre audience. J'espère qu'elle sera libre ce jour là et pourra être des notres ?

Je lis dans l'Événement d'aujourd'hui l'annonce de votre grande représentation à Cluny ; je vous en prie ne m'oubliez pas et envoyez moi si c'est possible une loge de six places voisine de la scène.

Je mènerai une ravissante compagnie  avec abondance de fleurs.

La même annonce parle d'un engagement que vous venez de signer en province ? Cela m'effraye un peu pour mon drame. Il me tarde bien de causer à fnd avec vous. Ma santé se ranime et j'ai, je crois quelques idées que vous approuverez.

Si vous ne pouviez absolument venir mardi, ainsi que monsieur Georges et votre aimable fille (vin de Constance...) j'irai vous voir mercredi de 5 à 6 heures.

Prompte réponse je vous en prie et croyez bienb à tous très bons sentiments.

Louise Colet.