Toutes les ressources 8 160 résultats (14ms)

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi2375_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, Grande Rue, carte postale ancienne, noir et blanc, n°90, édition M. L. (date cliché : [1910-1915], utilisation : 19 mars 1917).

4FI/2375 , 19 mars 1917  

Correspondance recto :

Envoi de Beaumont Lucien, 4e section COA Usine Leguernay, Alençon à la veuve Brière La Croix de Saint Marc à Rémalard,

le 8 mars 1917,

Je suis rentré à Alençon depuis samedi dernier où je suis mobilisé dans une scierie mécanique près de la gare. Ma santé est bonne et mon grand désir est que vous soyez aussi bien portante. J'étais rentré au Mans à mon dépôt le 30 janvier et j'étais loin de m'attendre à en partir aussi vite, je suis allé voir votre cousine, Dimanche, ils sont tous en bonne santé, espérons que cette longue guerre va bientôt prendre fin pour le bonheur de tous. En attendant le plaisir de nous revoir, je vous prie d'accepter mes amitiés sincères.

Beaumont

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi561_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, Statue de la Sicotière, carte postale ancienne, noir et blanc, (date cliché : [1910-1917], utilisation : 4 juin 1917) (14x9).

4FI/561 , lundi 04 juin 1917  

Correspondance au recto :

M. Menuet,

Nous venons de recevoir vos cartes très heureuses de vous savoir toujours en bonne santé, ainsi que la maisonnée, j'espère que vous avez reçu celle que nous avons envoyé samedi. Je ne vois plus rien à vous dire.

Bonjour et bonne santé à tous.

À demain soir déjà !

Marie Louise et Marcelle 

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi2674_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, l'Abreuvoir, carte postale ancienne, noir et blanc, n°104, ed. LL Lévy Fils et Cie Éditeurs à Paris-Versailles (date cliché : [1910-1913], utilisation : 8 janvier 1917).

4FI/2174 , 08 janv. 1917  

Correspondance au verso :

Carte postale envoyé à Pierre Rivière 11e Alpins Bt 13e Compagnie, Camp de Montboucher,

Drôme, Hôpital de Montélimar

Mon cher Pierre, merci de ta lettre qui à tous nous a fait grand plaisir. Merci de tes vœux et reçois les nôtres bien sincères et espérons que 1917 nous donnera la victoire et la Paix. Si je ne t'ai pas écrit plus tôt c'est que je ne savais pas où tu étais. Je suis contente de savoir que tu es dans un camp encore pour quelques temps. J'espère que tu passeras la fin de l'hiver là ! Maman a subi une opération, il y a un mois, elle va très bien et descend ce mercredi, tu penses si nous avons été inquiété, aussi je délaisse l'hôpital pour être du coup l'infirmière de maman.

Nous t'embrassons très affectueusement

Yvonne

Ne reste pas aussi longtemps sans nous donner de tes nouvelles. Nous sommes très contents de te lire.