Toutes les ressources ÉPOQUE CONTEMPORAINE 60 résultats (9ms)

/img/picture-pdf.svg
1 média

Lettre autographe signée du 10 mai 1819 de Marie-Adélaïde Lenormand à Mme Drouvillet, 2p, format in-4.

131J/3 , 1819  

Marie Adélaïde Lenormand annonce qu'elle compte plus que jamais sur l'aide de sa correspondante pour se sortir d'une situation délicate ( son bilan de cartomancienne et de voyante sera déposé au greffe).

"Demain mardi est le terme fatal où, faute de la signature de M. Gérard, de celle de M. Valette, de la vôtre, mon bilan sera déposé au greffe. Il en est encore temps aujourd'hui. Vous devez penser dans quelle situation je me trouve. D'un côté l'honneur, de l'autre ma réputation. Car pour ma santé, je ne vous en parle pas. Je serai trop heureuse d'être descendue chez les morts [...]". Elle tente de la forcer à signer sans tarder. "Vous avez tout à gagner avec une femme délicate et susceptible sur sa réputation. Dans le cas contraire, je serai forcée de me cacher [...]. Je vous surprendrai tous par mon exactitude. D'ailleurs, vous me connaissez assez pour savoir m'apprécier".

Adresse au dos

/img/picture-pdf.svg
1 média

Lettre autographe signée du 21 décembre 1846 signée de Arsène Jamot, curé de Saint-Léonard qui sollicite l'aide publique auprès du ministre de l'Instruction publique Narcisse Achille de Salvandy (1795-1856), 2p, format in-4.

131J/1 , lundi 21 décembre 1846  

Arsène Jamot, curé de Saint-Léonard d'Alençon, avait fondé, en 1843, un orphelinat dans sa ville. Mais sa mauvaise gestion l'oblige à solliciter les deniers publics et à en confier les rênes à Anne-Marie Javouhey, en 1845. Après sa visite à Paris, il renouvelle ses remerciements à Narcisse Achille de Salvandy (1795 - 1856), ministre de l'Instruction publique, pour son aide.

"[...] votre excellence sentira que mon coeur ne pouvait être pleinement satisfait par cette simple démarché. Il avait besoin de s'épancher et de faire partager à toutes les personnes qui s'intéressent à notre établissement d'orphelins, les sentiments de vive reconnaissance dont il était profondément pénétré". Il expose la démarche engagée pour le remercier. "J'ai voulu manifester, par un témoignage public, les sentiments de gratitude que m'avait fait éprouver les gracieux et généreux accueils dont vous m'avez honoré. Chaque troisième dimanche du mois, j'ai dans mon Église, une réunion à laquelle se rendent les habitants de toutes les paroisses et de tous les quartiers de la ville. J'avais fait prévenir, que j'avais fait annoncer au prône que pour la réunion du dimanche 20 décembre j'aurais à faire des communications très intéressantes. Hier, l'assistance était très nombreuse, mon Église était pleine : j'ai été heureux, monsieur le Ministre, de faire passer dans tous ces coeurs les sentiments qui animent le mien. J'ai réclamé pour vous les prières de cette nombreuse assistance. J'ai annoncé que dimanche prochain à 8 heures, je dirai une messe à l'intention de votre excellence [...]".