/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Haine_Alld/6NUM381_jpg_/0_0.jpg
1 média

"C'est du pain KK que je leur boulange, Puisqu'en leur pays c'est ce que l'on mange", carte postale ancienne, noir et blanc, n°768/4, ed. Novella (date cliché : [sd], utilisation : 1er juin 1916). (don de Mme Renard, 2018).

6NUM/381 , jeudi 1er juin 1916  

Il s'agit de la quatrième carte postale d'une série.

Au premier plan : un petit garçon photographié sur le pot et le texte « C'est du pain KK que je leur boulange, Puisqu'en leur pays, c'est ce que l'on mange. »

À l'arrière-plan : le dessin d'une famille allemande attablée autour d'un pain KK.

Dénigrement de tout ce qui est germanique qui permet de mettre en avant la conscience nationale des plus jeunes et leur engagement dans le conflit.

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi247_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon (Orne), Église Notre-Dame, carte postale ancienne, noir et blanc, Collection E.Pasquis, photographe-éditeur, à Laigle (Orne), (date cliché : [1910-1918], utilisation : 1er avril 1918) (14x9).

4FI/247 , 1er avril 1918  

Correspondance au recto :

Besançon, 1er avril 1918, Ma petite chérie,

Je suis touchée de ton gentil souvenir et toute la maison a été contente d'avoir de vos nouvelles. Le petit Jean Colin aura cinq mois le 10, c'est maintenant la personne la plus importante du ménage. Sa maman est très bonne nourrice et jusqu'ici, on a de bonnes nouvelles du papa. Tous les vieux vont passablement ; Nous souhaitons bien fort que vous n'ayez jamais à pâtir du bombardement. Je t'embrasse, ma petite Raymonde et te charge de nos amitiés à tous pour vous tous. R Droz.

 

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi2218_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, Vue générale prise de Notre-Dame, carte postale ancienne, noir et blanc, n°59, ed. LL Lévy Fils et Cie Éditeurs à Paris-Versailles (date cliché : [1910-1913], utilisation : 13 octobre 1918).

4FI/2218 , 13 oct. 1918  

Correspondance recto :

Alençon le 13 septembre 1918

A mon vieux Père Baptiste ,

Que fais-tu ? Que deviens-tu ? Je pense que tu es en peine de ce moment et que tu auras passé un bon quart d'heurer à Bressuire et que tu l'auras trouvé (et que tu auras aussi bu un un sacré coup de vin blanc. Enfin pourvu que tu sois pas revenu avec un poulain enfin sa chie pas-comme la guerre va bientôt finir, je me sens mais pas davantage parce que je pense que tu es en peine . Je te serre une amicale  poignée de main ainsi que à tante la bombarde et au sergent Gilquin et le ;..Tu m'en donneras des nouvelles. Voici mon adresse Cheron Alphonse 165e d'Infanterie hôpital 23 salle 1 Alençon

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi170_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, Point d'Argentan et d'Alençon réunis (École dentellière d'Argentan), coiffe et costume de Basse Normandie, une jeune mariée, Dentelles véritables Lefèbure, Paris, carte postale ancienne, noir et blanc, n°6, éditeur : E. Roussel, edit. Argentan, cliché D, (date cliché : [1910-1918], utilisation : 6 février 1915) (14x9).

4FI/170 , samedi 06 février 1915  

Correspondance au recto :

6 février 1915

Cher Monsieur Guillaume, Vous voilà donc rentré au dépôt bien triste d'avoir quitté votre famille cela se comprend mais j'ai le ferme espoir que vous le reverrez bientôt et que vous resterez chez vous pour longtemps. Il faut espérer que cette horrible guerre va prendre fin par l'écrasement de cette horde de brigands. Rien de nouveau ici. Jeudi dernier départ des derniers Belges de notre ambulance. Il n'en reste presque plus ici. J'ai fait part de votre bonjour à vos copains, mais il paraît que vous avez écrit à quelques-uns, enfin tous vous envoie leurs amitiées. J'espère que vous allez vous guérir complètement et que vous reviendrez en bonne santé après avoir tué beaucoup de sales boches.

Bons souvenirs et amitiés.

L. Leveproue

Botenot est toujours à l'ambulance

/medias/customer_2/Exposition/Guerre14-18/Correspondances/4Fi2674_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Alençon, l'Abreuvoir, carte postale ancienne, noir et blanc, n°104, ed. LL Lévy Fils et Cie Éditeurs à Paris-Versailles (date cliché : [1910-1913], utilisation : 8 janvier 1917).

4FI/2174 , 08 janv. 1917  

Correspondance au verso :

Carte postale envoyé à Pierre Rivière 11e Alpins Bt 13e Compagnie, Camp de Montboucher,

Drôme, Hôpital de Montélimar

Mon cher Pierre, merci de ta lettre qui à tous nous a fait grand plaisir. Merci de tes vœux et reçois les nôtres bien sincères et espérons que 1917 nous donnera la victoire et la Paix. Si je ne t'ai pas écrit plus tôt c'est que je ne savais pas où tu étais. Je suis contente de savoir que tu es dans un camp encore pour quelques temps. J'espère que tu passeras la fin de l'hiver là ! Maman a subi une opération, il y a un mois, elle va très bien et descend ce mercredi, tu penses si nous avons été inquiété, aussi je délaisse l'hôpital pour être du coup l'infirmière de maman.

Nous t'embrassons très affectueusement

Yvonne

Ne reste pas aussi longtemps sans nous donner de tes nouvelles. Nous sommes très contents de te lire.